Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Pouvoir et revendication : on arrose et on attend par Mustapha Hammouche (source liberté

Publié par The Algerian Speaker sur 4 Avril 2011, 13:35pm

Catégories : #Les chroniques de Mustapha Hammouche

Le régime lui-même est en train de battre en retraite devant le mécontentement social et juvénile et peine à le contenir à coups de revalorisations salariales, de formules variées favorisant l’aide à l’emploi précaire, de libération de crédits et microcrédits et de renoncement à ses pouvoirs discrétionnaires.
Malgré cela, et peut-être à cause de cela et de l’effet boule de neige, il ne se passe plus un jour sans qu’une catégorie sociale ou professionnelle sorte dans la rue pour exiger un surplus de rétribution ou un nouvel avantage. Mais, en plus de répondre à la revendication, le pouvoir, dans son empressement à anticiper le ras-le-bol populaire, se débarrasse de tous les signes apparents d’arbitraire. Il est en passe de déserter bien des domaines de l’autorité publique, de l’organisation de la circulation routière et la fonction fiscale.
Ce qui frappe, c’est l’extrême discrétion qui entoure les motivations qui président à ces renoncements. Alors qu’il n’y a pas longtemps, on faisait la promotion médiatique des bilans de retraits de permis de conduire, on ne sait pas pourquoi les chauffards sont subitement dispensés de la sanction ; on ne sait, non plus, pas pourquoi des inspections fiscales déjà en cours sont suspendues. Exit donc le fisc, le chèque, le registre du commerce…
Et l’argent se distribue sans compter, comme solution au problème du chômage. Aujourd’hui, l’investissement “social” constitue une nouvelle opportunité d’affaires qui n’attire pas que les chômeurs. Un peu comme le PNDA/R n’a pas enrichi que des agriculteurs. à ce sujet, il a été récemment rapporté que Barkat, qui ne semble pas converti au climat conciliateur actuel, a déclaré que ceux qui manifestent pour le changement ne sont pas de vrais Algériens. On devrait publier les chiffres de l’affectation du PNDA/R par wilaya, et par daïra ; on vérifiera alors la concentration géographique de vrais Algériens méritant les faveurs de l’ancien ministre de l’Agriculture.
Dans le même registre d’absurdité, la réplique, involontaire, de Soltani à Barkat. Dans une récente émission de télévision, le chef du Hamas algérien a revendiqué la généralisation de l’effacement de la dette des agriculteurs au secteur de la pêche.
La suggestion paraîtrait relever du souci de justice intersectorielle s’il n’y avait pas ce gros chalutier longtemps stationné au port de Zemmouri.
Un des gros problèmes de la pêche, c’est que ce métier, qui se transmettait de père en fils, est devenu l’otage d’une mouvance plus portée sur l’affairisme que la gestion. Le bénéfice étant réalisé dès l’opération d’acquisition, par simple surfacturation de l’équipement, c’est l’importation de matériel de pêche et la construction navale, pas la pêche ! Si le financement du secteur est désormais organisé pour que les gens de la mer enrichissent des armateurs à terre, il ne faut plus s’étonner qu’il n’y ait plus de vrais pêcheurs.
Mais nous n’en sommes plus là. Il est juste question de sauver les meubles… politiques. Alors, comme à Fukushima, on arrose, on arrose et on attend la suite.

M. H.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents